Kim Lafontaine

Kim Lafontaine

Kim Lafontaine

Biographie

Diplômée aux cycles supérieurs arts visuels à l’Université Laval, Kim Lafontaine est une artiste prolifique. Qu’il s’agisse de sculptures performatives, de supports sculpturaux à projection ou de vidéo d’art, c’est par outils d’expressions qu’elle aborde des thèmes humanistes. Lafontaine, étudie la nécessité des mécanismes d’affranchissement tel que la résilience et l’humour. Dès ses premières années de pratique professionnelle, elle attire favorablement l’attention des critiques et des galeristes. Elle est récipiendaire de plusieurs prix et bourses, tel que le prix Silex, le prix Grave et le prix Benjamin-Sulte. Ses œuvres sont exposées (Galerie d’art du Parc, Centre d’Exposition RaymonLasnier, Atelier Silex, Ateliers roulement à billes à Québec). Ses infiltrations bienveillantes (performances artistiques dans l’espace public) participent aux rayonnements des arts en Mauricie et auront colorées les rues de Parie à l’été 2009 (Pavé du Musée Pompidou, Le petit théâtre du 18ème). L’artiste a également œuvrée à divers projet d’art public et d’intégration de l’art à l’architecture et à l’environnement. Elle a séjourné en résidence de création à l’Atelier Silex à Trois-Rivières et à la Maison Saint-Dilon dans le village de Natashquan. Ses œuvres font parties de la collection collégiale de l’Abitibi-Témiscaminque ainsi que de la collection l’Université du Québec à Trois-Rivières.

De plus, l’artiste répond à divers contrat dans son domaine. Elle s’implique auprès d’une coopérative Le 507, qui veille à la démocratisation de l’art. Elle anime aussi des rencontres culturelles à titre de modératrice (Musée des beaux Arts et Musée de la civilisation de Québec). Et, à Natashquan, l’artiste enseignera la photographie et de poésies auprès de la jeunesse des premières nations. À partir des œuvres des enfants, elle publiera, aux Éditons Le Portageur, un premier recueil de poésie et de photographies intitulé : Jaune

Démarche artistique

Qu’il s’agisse de sculptures performatives, de supports sculpturaux à projection, de vidéo d’art et de peinture, c’est par outils d’expressions que j’emprunte, que j’aborde des thèmes humanistes. Le pouls sentimental de mes œuvres dessine poétiquement des états d’âmes en réponse aux crises et agressions au sein d’une culture. Je me penche sur la nécessité des mécanismes d’affranchissement tel que la résilience ou l’humour, des ressources humaines nous rappelant que le pacte humain est encore possible. Des concepts interdépendants comme celui de la valorisation, de la subjectivité et de la liberté, sont également évoqués. Je me questionne d’un point de vue existentiel sur les notions de co-création et de co-influence entre une personne et son environnement. L’ensemble de mon processus de création épouse également le courant essentialiste du geste créateur dans le sens où ce dernier est perçu par nécessité, incorruptible.

Par les possibilités que m’offre le domaine des arts visuels, je veux transcender artistiquement le poids des convenances. Qu’il s’agisse du climat de tristesse issu du conformisme, de l’abnégation existentielle ou de tout ce qui éteint les voix et la nature qui nous entoure, je souhaite offrir des œuvres qui évoquent des ressources émancipatrices à portée de main. Le contexte d’urgence sociale dans lequel j’évolue me permet donc de livrer des créations fortes de sens, à la fois douces et énergisantes. Couleurs vivifiantes, des formes et des courbes rebondissantes, des rencontres entre la matière et le numérique interprètent la tension palpable au sein d’une vulnérabilité collective qui s’inscrit dans un cycle qui alterne entre construction et destruction.

En jouant artistiquement un tour au réel, j’aspire à rendre les contradictions fécondes. Chevaucher l’écart de la dualité, et ce, peut importe l’état de notre espace temps, ce choix m’inspire. Entre les vides et les pleins de l’existence, entre la joie et la souffrance, l’indéfinissable est encore permis, voir souhaitable. Delà, je l’espère, advient un peu plus de liberté dans la liberté.


Myriam Fauteux

Myriam Fauteux

Bio

Établie à Shawinigan, Myriam Fauteux est membre active de l’Atelier Silex à Trois-Rivières depuis 2016. Elle y développe ses projets et travaille pour le compte d’artistes établis. Artiste émergente, elle obtient son baccalauréat au programme en arts visuels de l’Université du Québec à Trois-Rivières en 2018. Elle a participé à plusieurs expositions collectives à Québec, Montréal ainsi qu’à Hyvinkää en Finlande et présente à l’automne 2018 sa toute première exposition solo au Centre d’exposition Léo-Ayotte du Centre des Arts de Shawinigan. Avec le projet de partenariat territorial Par-delà la rivière en 2019, elle signe sa première réalisation d’envergure.

Démarche

Chercher à comprendre le fonctionnement des choses. Développer des processus et des protocoles de travail. Me questionner sur les trajectoires autant que sur les résultats et les destinations. La force du nombre. La somme de toute chose. L’accumulation d’une multitude de pièces, de formes, de motifs, de gestes, qui nous mènent là où l’on va. Et qui construisent plus grand que soit. La matière, sa valeur et la place qu’elle prend dans une œuvre ainsi que dans la vie. Tout ceci est source de fascination. Mes différents projets, fait de matières et de rencontres sont nourris et guidés par ces idées.

Intention

Laboratoire 1.0 : énergies matières

27 février au 3 avril 2021 dans la salle multi

Espace exploratoire là où la sculpture et le dessin se rencontrent par le biais du métal et de la couleur.


Drea

Drea

Comment as-tu commencé à pratiquer le collage ?

Il y a environ 10 ans, mon grand-père m’a donné des Time Life magazine qui traînaient dans son grenier. J’ai été hypnotisée par les images qu’elles contenaient. La puissance qui se dégageait des compositions, décrivaient une Amérique en pleine mutation. Je me suis mise à les découper, puis à faire des montages. En associant différentes photos, une signification nouvelle émergeait. Je me suis rendu compte beaucoup plus tard que ces revues de collection étaient assez recherchées et valaient leur pesant d’or sur Ebay !

Quelle est ta démarche artistique ?

Je parcours les banques d’archives et cumule mes trouvailles. En les associant entre elles, je crée un message nouveau à l’aide d’images qui m’inspirent. À partir de là, je construis une composition en y ajoutant tout ce qui me plaît : dessin, peinture, textures, couleurs.

Quelle place prennent les archives dans ton travail ?

Elles sont la base de mon inspiration. Ce sont les traces physiques laissées par des civilisations maintenant éteintes, des preuves vivantes de notre passé. Regarder une photographie datant des années 20, c’est comme tisser un lien avec un autre temps et je trouve ça fascinant.


Spiral Rain

Spiral Rain

Spiral Rain a été créé par moi, Rani et mon amour de la terre et de tout ce qu’elle a à offrir. C’est une personne ouverte, chaleureuse, imaginative, perspicace, originale et souvent mystique. Enfant, j’étais attiré par la nature et la lune, je passais des heures dehors à écouter les sons de la terre et à regarder sa beauté. J’ai été initié à l’artisanat avec un livre (Magical Herbalism) que j’ai trouvé dans la bibliothèque de mon père quand j’avais 12 ans.

Naturellement attirée par tout ce qui touche à la sorcellerie, j’ai commencé par la Wicca et les religions terrestres pour finalement passer à d’autres types de pratiques et me les approprier. En tant que sorcière solitaire, guérisseuse en cristal et praticienne de reiki certifiée, j’utilise différentes branches de la sorcellerie et d’autres religions pour créer ce qui est Spiral Rain. Ayant pratiqué et étudié divers sujets et pratiques de guérison occultes et énergétiques, mon artisanat et mes produits combinent un peu de tout pour que chacun puisse trouver le sien.

Au fil du temps, Spiral Rain est devenu une entreprise familiale, avec mon mari, nos 3 enfants, mes parents et mes sœurs. Tous participent avec leurs vibrations et leur énergie aimante pour que chaque boîte soit livrée à votre porte.

Nous donnons 1$ à Sustaining Hope Intl. pour chaque boîte d’abonnement vendue, afin d’aider à fournir de l’eau propre aux personnes dans le besoin. Nous n’utilisons pas beaucoup de cartes et de papiers fantaisie pour décrire nos articles, tout est écrit sur les fiches d’information ou les articles eux-mêmes. Nos boîtes, les papiers et tout ce qui se trouve dans nos boîtes sont fabriqués avec des matériaux 100% recyclables ou réutilisables. Nous prenons soin de l’environnement mondial et du monde que nous léguons à nos enfants et c’est notre façon de contribuer.


Espace transparence - La Fenêtre

La Fenêtre

L’Espace Transparence présente au 507, des créations en verre thermoformé colorées et uniques des participants de l’atelier de travail du verre de La Fenêtre, Centre d’immersion aux arts. Chaque pièce de verre est créée par des personnes ayant des limitations fonctionnelles. 

Centre d’immersion aux arts

La Fenêtre est un organisme sans but lucratif offre des ateliers d’art adaptés aux personnes ayant tous types de limitations fonctionnelles, que ce soit des déficiences physiques, sensorielles, intellectuelles ou des problèmes de santé mentale.

La mission

La mission de La Fenêtre consiste à créer des opportunités d’inclusion sociale des personnes handicapées de la Mauricie par le biais des arts et la culture.  Elle met sur pied des activités artistiques et socio-culturelles qui contribuent à l’insertion sociale et au développement du potentiel créateur des personnes vivant avec un ou des handicaps physiques et mentaux.

Espace Transparence

L’Espace Transparence de La Fenêtre offre d’œuvres artisanales en verre thermoformé issues de son atelier de travail du verre, l’Atelier Transparence.

 

Pour chaque acquisition, nous remettons une somme pour le droit d’auteur aux participants de l’atelier Transparence. Ce cours de verre unique est offert dans la programmation régulière de La Fenêtre, Centre d’immersion aux arts, depuis plus de 20 ans!

 

Dimensions : 3 x 3 po.
Prix de vente : 14,99$ chacun
Droit d’auteur remis au participant : 3,75$


Out of the

Out of the

Out of the – Boîte de design et d’art est un brand montréalais ainsi qu’une plateforme de services, crée par Claudie Lamarre en mai 2018, dont les différentes disciplines s’exercent en art, design graphique et illustration.

L’approche d’Out of the est minimaliste. Au travers d’un style pur, simple et léger, je tente de partager ma vision de sujets et d’enjeux modernes tels que la sexualité, le féminisme, l’égalité, l’environnement, la consommation, les réseaux sociaux, la culture internationale, la politique, le socialisme et plus. Parfois curieuses, controversées et provocatrices, mes idées s’articulent parmi des thématiques reflétant mon quotidien et mes intérêts; entre autres le surf, le skate, les voyages et les road trips.

En fait, Out of the a pour mission de charmer l’observateur, par la beauté, la créativité et la subtilité de sa plume, tout en confrontant l’esprit humain.


Sylvie Gendron céramiste

Sylvie Gendron

Sylvie Gendron est une passionnée de céramique depuis maintenant trois ans. Sous l’enseignement de Michel Lemire, elle a appris le tournage et les rudiments dur la fabrication de l’émail et des cuissons. Sylvie est devenue, par la suite, enseignante et technicienne dans notre atelier de poterie.


Les Chinoiseries

Les Chinoiseries

Née à Shawinigan, Roxanne Lacourcière est passionnée d’arts depuis toujours. Très jeune, elle prend des cours de dessins à la bibliothèque municipale, avant de se tourner vers la peinture.

Jeune adulte, elle plonge complètement dans sa passion en complétant un DEC en communication, arts et littérature, suivi d’un baccalauréat en arts plastiques à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Puis, elle réfléchit et approfondit ses connaissances sur le féminisme pour peaufiner son art à la maîtrise en arts visuels de l’Université Laval.

Avant même de terminer ses études, elle a déjà la fibre entrepreneuriale, elle rêve d’une boutique où elle pourrait penser, fabriquer et vendre ses créations. Si elle commence par travailler le bois, comme elle a si souvent  vu son père le faire, le naturel la rattrape au galop, elle ne peux pas le nier, ses recherches sur les femmes font partie intégrante de ce qu’elle est et elles se ressentent dans son travail.

C’est enfin en 2016, qu’elle fonde Les Chinoiseries, compagnie au travers laquelle elle laisse libre cours à l’imagerie qu’on lui connait derrière ses petits coups de pinceaux et ses broderies contemporaines.

Est-ce possible de dissocier Roxanne Lacourcière l’artiste et Roxanne Lacourcière la propriétaire de Les Chinoiseries? Difficile à dire!


Michel Lemire

Michel Lemire

Suite à une formation ouverte en enseignement, ma carrière dans le domaine des Arts débuta dans les années 70 puis à la retraite depuis plus de 10 ans, j’ai opté pour divers perfectionnements dont l’horticulture comme support à la création et comme mode d’expression. Mes champs d’intérêt sont variés : sculpture-fontaine sous le thème végétal, réalisation d’un toit végétalisé, aménagement paysagé, mur végétal, production de jardinets surélevés et de boîtes à compostage de même que des assiettes murales décoratives en céramique.

Je fais la production de poterie au tour ou de fabrication sur table sous forme de petites séries ou pièces uniques. Visite en atelier sur rendez-vous ou présentation dans des lieux d’expositions vous seront communiquées sur le site ou sur Facebook en temps opportun.

Ma mission  s’articule donc en continuité avec l’enseignement et la production artisanal. Concevoir, fabriquer et vendre des objets faits main ayant un volume de production partant de la pièce unique à des petites séries sont au cœur de mes valeurs et de ma démarche et de mon intérêt à les partager.


MarchandRoy

MarchandRoy

MarchandRoy est le résultat de deux passionnés d’art, d’architecture et de design qui aiment trouver la simplicité dans les objets du quotidien.